Your browser does not support the HTML5 canvas tag.
Εγχειρίδιο χειρισμού κρίσεων λόγω πολιτικών ΔΝΤ από τη CIA! / Already confirmed: Civil liberties under attack! / Greece's creditors gone completely insane! / How the global financial mafia sucked Greece's blood / ECB's economic hitmen / The German Thatcher confirms bureaufascists' plans! / Η Μέρκελ επιβεβαιώνει τα σχέδια των γραφειοφασιστών! /Greece: the low-noise collapse of an entire country/ Proxy wars everywhere, the planet already in flames ... / Ενώ η Γερμανία προετοιμάζεται για τα χειρότερα, η Ελλάδα επιμένει στο ευρώ! / Ένας παγκόσμιος "proxy" πόλεμος κατά της ελευθερίας έχει ξεκινήσει! / McCarthyism 2.0 against the independent information / Ο επικεφαλής του "σκιώδους συμβουλίου" της ΕΚΤ επιβεβαιώνει ότι η ευρωζώνη είναι μια χρηματοπιστωτική δικτατορία! / It has started: A global proxy war against freedom! / Βαρουφάκης: Το ΤΧΣ δεν ελέγχεται από το δημόσιο! / Η Ευρώπη συνθλίβεται από τους φασίστες, τους ισλαμοφασίστες, τους γραφειοφασίστες και τα αφεντικά τους / Europe crushed by the fascists, islamofascists, bureaufascists and their masters / Δεν γίνεται έτσι "σύντροφοι" ... / Panama Papers: When mainstream information wears the anti-establishment mask / The Secret Bank Bailout / The head of the ECB “shadow council” confirms that eurozone is a financial dictatorship! / A documentary by Paul Mason about the financial coup in Greece / The ruthless neo-colonialists of 21st century / First cracks to the establishment by the American people / From Tsipras to Corbyn and Sanders: This is not the Left we want / Clinton emails - The race of the Western neo-colonialist vultures over the Libyan corpse / Επιχείρηση Panama Papers: Το κατεστημένο θέλει το μονοπώλιο και στις διαρροές; / Operation "looting of Greece" reaches final stage / Varoufakis describes how Merkel sacrificed Greece to save the Franco-German banks / France officialy enters the neo-Feudal era! / The US establishment just gave its greatest performance so far ... / A significant revelation by WikiLeaks that the media almost ignored / It's official: the US is funding Middle-East jihadists! / Οι αδίστακτοι νεο-αποικιοκράτες του 21ου αιώνα / How to handle political unrest caused by IMF policies!

23 April, 2017

French presidential election, 2017

LIVE

It seems that the unexpected rapid rise of the Leftist leader, Jean-Luc Mélenchon has terrified the neoliberal establishment in France and other European power centers. The elites don't want to risk a possible presence of Mélenchon in the second round. In case that they lose their favorite candidate, the liberal Thatcherite and former banker Emmanuel Macron, they certainly prefer the Far-Right Le Pen against the Leftist Mélenchon.

The specific weight of France could turn the European ship away from the balance of terror between the nightmares of neoliberalism and the Far-Right. It depends on the French people. It's time to go and vote massively for the Left as the only hope towards a truly democratic and humanitarian Europe.

French election: it's 'now or never' for Europe to escape the neoliberal nightmare

The establishment in panic will attempt to "bury" Jean-Luc Mélenchon as it did with Bernie Sanders

France, presidential elections : ten proposals to beat the European Union

It is again clear from the current election campaign in France that a large proportion of the population wants left-wing radical solutions to exit the crisis. The impressive number of people attending Jean-Luc Mélenchon’s rallies and joining his movement La France Insoumise is evidence enough as well as poll survey results on voting intentions. This is indeed good reason to rejoice. Such upsurge of support for left-wing radical proposals to turn away from European treaties is a positive signal. Two other left-wing candidates, Philippe Poutou and Nathalie Arthaud, also benefit from a large-scale sympathy. Philippe Poutou’s attack on François Fillon and Marine Le Pen during the 4 April 2017 television debate also prompted a lot of interest, in and outside France.

by Eric Toussaint , Teresa Rodríguez , Miguel Urbán Crespo , Angela Klein , Stathis Kouvelakis , Costas Lapavitsas , Zoe Konstantopoulou , Marina Albiol , Olivier Besancenot , Rommy Arce

Part 3

To avoid what we saw in Greece in 2015, here are ten proposals for social mobilization and actions to be taken immediately and simultaneously by any government that is truly operating in the interests of the people.

1. A left-wing government must disobey the European Commission in a very transparent manner and in line with its prior commitments.

The party or coalition of parties (the example of Spain comes to mind) that claim to govern should from the outset refuse to conform to austerity measures, and pledge to refuse measures aiming solely at balancing the budget. They should announce: “We will not yield to the European treaties’ diktat of a balanced budget because we want to increase public expenditures to fight anti-social and austerity measures and embark on the ecological transition.

Therefore, the first step is to begin disobeying in a clear and determined way. The Greek capitulation has shown us why we must shed the illusion that the EC and other European governments respect the popular mandate. This illusion can only lead to disaster. We must disobey.

2. Call for popular mobilization both at the national and the European level.

In 2015, such an initiative proved unsuccessful in Greece and elsewhere in Europe. It is obvious that the European social movements did not achieve great success in calling for demonstrations, which did take place but were not at the level required by the need for solidarity with the Greek people.

However, it is also true that Syriza’s strategy did not include calls for popular mobilization in Europe, or even in Greece. And when the Tsipras government did call for mobilization by means of the referendum of July 5, 2015, the will of the 61.5 percent of Greeks who refused to accept the creditors’ demands was not respected.

Let’s remember that starting in late February 2015 and up until the end of June 2015, Yanis Varoufakis and Alexis Tsipras made statements aimed at convincing public opinion that an agreement was in sight and that the situation was improving.

Imagine that instead, after each important negotiation, they had explained what was at stake through press releases, statements to the media, and declarations in public places — in front of the headquarters of the European institutions in Brussels and elsewhere. Imagine that they had revealed what was really going on. It would have led to gatherings of thousands or tens of thousands of people, and the social networks would have relayed this alternative discourse to hundreds of thousands or millions of citizens.

3. Launch a debt audit with citizens’ participation.

The situations in the twenty-eight EU countries, and of course within the eurozone, are diverse. In some European countries — as in Greece — it is a matter of utmost necessity and priority to suspend debt repayments, in order to make the satisfaction of social needs and basic human rights an absolute priority. It is also a key element of a self-defense strategy.

In Spain, in Portugal, in Cyprus, and in Ireland, such a move depends on the balance of power and the current economic picture. In other countries, it is possible to carry out the audit first and then decide on the suspension of repayments. The specific situation of each country must be weighed before implementing these measures.

4. Establish control of capital flows.

We must clarify what this means. It does not mean that people cannot transfer a few hundred euros abroad. Obviously international financial transactions would be allowed up to a certain amount. On the other hand, it is important to enforce strict control over capital flows beyond a certain threshold.

5. Socialize the financial sector and the energy sector.

Socializing the financial sector does not merely mean developing a public banking hub. It implies decreeing a public monopoly on the financial sector, i.e. the banks, building societies and insurance companies. That is, a socialization of the financial sector under citizen control; turning the financial sector into a public service. Of course, socializing the energy sector will also be a priority during the ecological transition. Ecological transition cannot take place without a public monopoly over the energy sector, both in terms of production and distribution.

6. Create a complementary, non-convertible currency and defend the right to leave the eurozone.

Whether it is a case of exiting the eurozone or remaining in it, it is necessary to create a non-convertible complementary currency. In other words, a currency that is used locally, for exchanges within the country — for example, for paying increased pensions, salary increases for civil servants, taxes, public services, etc. The use of a complementary currency enables partial relief from the dictatorship of the euro and the European Central Bank.

Of course, we cannot avoid the debate on the eurozone. In several countries, exiting the eurozone is an option that must be defended by political parties, trade unions, and other social movements. Several eurozone countries will not be able to truly break away from austerity and launch an ecosocialist transition without leaving the eurozone. A redistributive monetary reform, or the levying of a special progressive tax on incomes above €200,000, should be implemented in the case of an exit. That proposal would apply only to cash assets, and not to personal property (principal residence, etc.).

By applying a progressive exchange rate when moving from the euro to the new currency, the amount of cash in the hands of the wealthiest 1 percent would be reduced and wealth redistributed to households.

7. Implement radical tax reform.

Remove VAT on basic consumer goods and services, such as food, electricity, and water (up to a certain level of consumption per individual), as well as other basic utilities. On the other hand, increase VAT on luxury goods and services, etc. We also need to increase the taxes on corporate profits and incomes above a certain level — in other words, a progressive tax on income, wealth, and luxury residences. The reform of taxation must produce immediate effects: a very significant decrease in indirect and direct taxes for the majority of the population and a very significant increase for the wealthiest 10 percent and for major corporations. Also, strict new measures will be taken against fraud and tax evasion.

8. Deprivatize — “buy back” — privatized companies for a symbolic euro.

Paying no more than a symbolic euro to those who have benefited from privatizations would be an appropriate gesture and would strengthen and extend public services under citizen control.

9. Implement a broad emergency plan for creating socially useful jobs and for economic justice.

Reduce working hours with no reduction in wages. Repeal antisocial laws and adopt laws to remedy the situation of abusive mortgage debt; countries such as Spain, Ireland, Greece, etc. are the most concerned. This could well be fixed by adopting adequate legislation, to avoid court actions (since many households have to face legal action requested by banks).

For example, a parliament could pass a law to cancel mortgage debts below €150,000 and thus bring such cases to an end. A vast program of public expenditure would be implemented in order to stimulate employment and socially useful activity by encouraging circuits of local production and distribution.

10. Initiate a genuine constituent process.

This does not imply constitutional changes within the framework of the existing parliamentary institutions. It involves dissolving the parliament and electing a constituent assembly by direct vote.


These are ten basic proposals for discussion. But one thing is certain: the measures to be taken must go to the root of the problems, and must be applied simultaneously, since a coherent program is needed. Breaking away from austerity policies cannot be achieved if, from the very start, radical measures against big capital are not taken.

Those who want us to believe that it’s possible to achieve this objective without going down that road just create confusion and block any real progress. The architecture of Europe and the magnitude of the capitalist crisis leave no room for neo-Keynesian or productivist politics. Ecosocialism must be put at the heart of the debate, not left aside. Immediate and concrete proposals must emerge. We must carry out the anti-austerity struggle and embark on the path of an ecosocialist transition. It is an absolute and urgent necessity.

***

Source, links, references:


[1] [2]

France, presidential elections : ten proposals to beat the European Union

It is again clear from the current election campaign in France that a large proportion of the population wants left-wing radical solutions to exit the crisis. The impressive number of people attending Jean-Luc Mélenchon’s rallies and joining his movement La France Insoumise is evidence enough as well as poll survey results on voting intentions. This is indeed good reason to rejoice. Such upsurge of support for left-wing radical proposals to turn away from European treaties is a positive signal. Two other left-wing candidates, Philippe Poutou and Nathalie Arthaud, also benefit from a large-scale sympathy. Philippe Poutou’s attack on François Fillon and Marine Le Pen during the 4 April 2017 television debate also prompted a lot of interest, in and outside France.

by Eric Toussaint , Teresa Rodríguez , Miguel Urbán Crespo , Angela Klein , Stathis Kouvelakis , Costas Lapavitsas , Zoe Konstantopoulou , Marina Albiol , Olivier Besancenot , Rommy Arce

Part 2

Considering the experiences of 2015, it is fundamental that those who have no illusions about the European Union or the eurozone, and are proposing authentic ecological and socialist perspectives in rupture with the European Union, as it exists, be reinforced. It is clear that neither the European Union nor the eurozone can be reformed. It was demonstrated that it is impossible, on the basis of the legitimacy of universal suffrage and democratic debate, to persuade the European Commission, the IMF, the ECB, and the conservative governments in power over most of Europe to agree to measures that are respectful of the rights of the Greek people, or of any other population.

The July 5 referendum, which the European institutions fought tooth and nail by means of blackmail and coercion (such as forcing the Greek banks to close for five days preceding the referendum), did not bring them to make any concessions. On the contrary, totally ignoring all democratic principles, their demands became considerably more oppressive.

Certainly, there are many measures that could and should be taken at the European level to stimulate the economy, reduce social injustice, make the debt sustainable, and invigorate democracy. In February 2015, Yanis Varoufakis, while serving as Greek minister of the economy, presented proposals in this sense, suggesting that Greek debt be exchanged for two new kinds of bonds — either growth indexed obligations or “perpetual” obligations — which would never be reimbursed but would be paid out, interest only, perpetually. These proposals, although moderate and perfectly achievable, had no chance at all of being accepted by the European authorities.

This is the case with many proposals aiming to ease Greece’s and numerous other countries’ debt (joint debt recognition, euro-denominated mutual bonds, etc.). Technically these proposals are all viable but, in the present political context and balance of power in the European Union, the will to put them into practice is lacking. A progressive government cannot hope to be heard, respected and, even less, assisted by the European Commission, the ECB, and the European Stability Mechanism.

The ECB can paralyze a eurozone country’s banking system by cutting off its banks’ access to liquidities. The ECB’s arbitrary power and the banking union reinforce the coercive powers the European institutions can use to counter any experience of progressive policy in Europe.

The treaties have become extremely restrictive on matters of debt and deficit. The European authorities, in control of policies, could easily decide to derogate to these regulations by taking into consideration the state of crisis (actually they do this for “friendly” governments), but they clearly had no intention of doing so.

On the contrary, all the negotiating parties fiercely fought the Greek government even though it gave proof of great moderation (to say the least). The mainstream media and numerous European leaders treated Alexis Tsipras and Yanis Varoufakis as rebels, or even as radical anti-Europeans. Between January and July 2015, the troika launched a fight against the Greek government, in order show to the peoples of Europe that there is no alternative to neoliberal capitalism.

The capitulation of the first Tsipras government was not enough to satisfy the IMF or the European leaders. Pressure continued to be laid on the second Tsipras government to apply ever more neoliberal policies, especially attacking public property, the welfare and retirement systems, and assisting big capital through the introduction of further judicial and legal frameworks favoring privatization and fundamental structural regression. All these new measures lead to increased injustice and precariousness.

If the creditors agree to a new restructuring of the debt, it will be under the condition that the same kind of policies be continued. In this case, a reduction of the debt will not at all be a victory or even a consolation. It will be no more than a measure to ensure continual reimbursements while seeking to dampen any arising social struggles.

This is the first lesson: unless they take strong sovereign and unilateral measures of self-defense, the people and the governments they bring to office to break with austerity programs cannot put an end to the human rights violations perpetrated by the creditors and the big corporations.

Some would argue that should a leftist government come to power in Madrid, it could use the weight of the Spanish economy (the fourth in the eurozone in terms of GDP) to negotiate concessions that Tsipras was unable to obtain. But what would be those concessions? Relaunch production and employment through heavy public spending and deficits? The ECB and Berlin along with at least five or six other capitals would oppose such policies! Taking strong measures against the banks? The ECB, with the support of the European Commission, would reject such policies.

What is also certain is that if the radical left entered the government of a country like Cyprus, Ireland, Portugal, Slovenia, or one of the three Baltic states, they would not have the weight, facing an unyielding European Commission or ECB board, to convince these institutions to let them renounce austerity, stop privatizations, develop public services, and drastically reduce the debt. These countries will have to resist and take unilateral measures in the interest of their populations. Could several progressive governments of eurozone countries form a common front for renegotiations? It would certainly be very welcome if this could happen, but the possibility is remote, if only for reasons of electoral agenda.

Should Jean-Luc Mélenchon win the upcoming presidential election in France, and his coalition win the following general election, could a French left-wing government achieve a reform of the euro? Mélenchon and the staff of his campaign believe so. It is reasonable to have doubts about this possibility. Let’s suppose that Mélenchon does win and forms a government intending to introduce social policies and to reform the euro. What would be the options?

It is quite likely that a French government could afford to disobey the current treaties, but it could not achieve a far-reaching reform of the entire eurozone. To do this would take simultaneous progressive electoral victories in the major countries as well as in peripheral countries. That said, it is clear that a government of a defiant France, and its allies, taking measures in favor of the French population and the peoples of the world (for instance, by abolishing Greece’s and developing countries’ debts towards France) could have a positive effect throughout Europe.

Having said that, the way out of the crisis is not of a nationalist nature. As much as in the past it is necessary to adopt an internationalist strategy and aim for a European integration that brings together the peoples opposed to the present form of integration, totally dominated by the interests of big capital.

The weak links in the inter-European chain of domination are to be found in the peripheral countries. If Syriza had adopted a correct strategy in 2015 it could well have been a turning point. It didn’t happen.

Other weak links where the radical left may gain power in the not-so-distant future are Portugal and Spain, and perhaps Cyprus, Ireland, and Slovenia. A progressive move ahead would depend on the capacity of the radical left to learn the lessons of 2015 and thus make anticapitalist and democratic proposals that will trigger popular support. Without doubt, the force of popular mobilization will be a decisive factor. If the pressure for real uncompromising change does not invade the streets, the neighborhoods, and the workplaces, the future will be very dark.

Source, links, references:


[1] [3]

Do French markets prefer fascists over the leftists?

French money markets went through a great deal of stress these past few days, while during the last two month period, the spread of the French ten year bonds is at its peak.

Articles of the mainstream media blame the possible victory of Marine Le Pen in the elections for this stress, since the candidate of the neo-fascist National Front has promised the country’s exit from the Eurozone.

But as many analysts commented, the stress has escalated suddenly these past few days, as new polls displayed a significant rise in the ratings of the leftist Jean-Luc Mélenchon.

Markets panic that Melenchol might make it to run off. They don’t seem to worry nearly so much about Le Pen”, commented David Graeber, a professor of anthropology at LCE and author of “Debt: The First 5,000 Years with Numbers.”

Despite the fact that the former socialist politician gradually tones things down – the French economic elite is having trouble masking their stress.

Once again, the fascist right seems a far better option for the economic elite in comparison to the left. We saw this at Weimar and Greece and finally realized it through Trump – where the financial establishment did whatever it could so that Sanders would be taken out of the course, even though it was obvious that the system’s chosen one, Hilary, had no chance against the Republican candidate.

Source:


Related:


Γαλλικές εκλογές: Πολιτικά αποφάγια στα σκουπίδια της Ιστορίας

Σε μια από τις θρυλικότερες σκηνές της ταινίας «SOS Πεντάγωνο καλεί Μόσχα», ο Dr Strangelove, ο ναζιστής επιστήμονας που τώρα προσφέρει τις υπηρεσίες του στον «ελεύθερο κόσμο», προσπαθεί να συγκρατήσει το μηχανικό του χέρι από το να χαιρετά ναζιστικά. Θα μπορούσαμε κάλλιστα να φανταστούμε τα μέλη του Εθνικού Μετώπου της Λε Πεν να δίνουν καθημερινή μάχη με το δεξί τους χέρι σε κάθε συνέλευση του κόμματος.

Αυτό που προσπαθούν να κρύψουν δεν είναι πλέον οι θέσεις τους για τους μετανάστες, ούτε η πρόθεσή τους να επιβάλουν την τάξη και την ασφάλεια με μέτρα ολοκληρωτικού χαρακτήρα. Άλλωστε σε μια χώρα που βρίσκεται σε διαρκή κατάσταση έκτακτης ανάγκης στο εσωτερικό και ετοιμάζεται να κλιμακώσει τις πολεμικές της επιχειρήσεις στη Μέση Ανατολή και τη βόρεια Αφρική είναι δύσκολο να το παίζεις πιο σκληρός και ολοκληρωτικός από το ακραίο κέντρο του «σοσιαλιστή» Φρανσουά Ολάντ.

Αυτό που πραγματικά παλεύει να κρύψει το Εθνικό Μέτωπο είναι το βαθύ μίσος του για τα δικαιώματα των εργαζομένων και το κράτος πρόνοιας, αλλά και τη λατρεία του για τον σύνδεσμο των γάλλων βιομηχάνων και κάθε εργοδοτική ένωση.

Η ίδια η Μαρίν Λε Πεν έπρεπε να ρίξει πρώτη τον λίθο του αναθέματος σε όσα της έμαθε να αγαπά ο πατέρας της. Θα τον θυμάται σίγουρα τη δεκαετία του ’80 να δηλώνει υπερήφανα ότι αποτελεί τον «γάλλο Ρόναλντ Ρίγκαν» και να συγκρίνει την κοινωνική πολιτική των γάλλων σοσιαλιστών με την «ισπανική ιερά εξέταση».

Περισσότερα:

Ξέπλυμα της χούντας μέσω … Βενεζουέλας

Διαστάσεις επιδημίας αποκτά στο χώρο της (νεο) φιλελεύθερης δημοσιογραφίας η προσπάθεια ταύτισης της χούντας των συνταγματαρχών στην Ελλάδα με τον δημοκρατικά εκλεγμένο πρόεδρο της Βενεζουέλας, Μαδούρο.

Το αποτέλεσμα είναι ίδιο με αυτό που επιχειρούσαν οι ίδιοι άνθρωποι μέσω της θεωρίας των δυο άκρων, όταν συνέκριναν τη ναζιστική Χρυσή Αυγή με το ΣΥΡΙΖΑ: Να νομιμοποιήσουν το ναζισμό στον καθημερινό πολιτικό λόγο συγκρίνοντάς τον με δυνάμεις της μετριοπαθούς αριστεράς.

Τουλάχιστον δυο δημοσιογράφοι του ομίλου Αλαφούζου, με παρεμφερή μηνύματά τους στο twitter, διαδίδουν ψευδώς ότι ο Μαδούρο είναι δικτάτορας και όχι εκλεγμένος πρόεδρος.



Αξίζει να θυμηθούμε τι έλεγαν οι ίδιοι άνθρωποι τις πρώτες ώρες μετά τη δολοφονία Γρηγορόπουλου για το ρόλο που θα πρέπει να αναλάβει η ένοπλη αστυνομία εναντίον των διαδηλωτών:


Σχετικά:

Βενεζουέλα: Εταιρεία κινητής «στέλνει εκατομμύρια μηνύματα εναντίον της κυβέρνησης»

Τη διενέργεια έρευνας εναντίον της εταιρείας κινητής τηλεφωνίας Movistar, που ελέγχεται από την ισπανική Telefonica, ανακοίνωσε ο πρόεδρος της Βενεζουέλας, ο οποίος κατηγορεί την εταιρεία ότι στέλνει εκατομμύρια αντικυβερνητικά μηνύματα σε συνδρομητές της.

Όπως αναφέρει το δίκτυο Telesur τα μηνύματα καλούσαν τους πελάτες της εταιρείας τις βίαιες αντικυβερνητικές διαδηλώσεις.

«Κάθε δύο ώρες η εταιρεία στέλνει εκατομμύρια μηνύματα σε κινητά και στο ίντερνετ» υποστηρίζοντας τη λεγόμενη «μητέρα όλων των συγκεντρώσεων» ανέφερε ο Μαδούρο σε τηλεοπτικό του μήνυμα.

Ο πρόεδρος της Βενεζουέλας κατηγορεί την εταιρεία ότι συμμετέχει στις προσπάθειες ανατροπής του.

Στο παρελθόν η εταιρεία κινητής τηλεφωνίας όπως η Vodafone είχαν συνεργαστεί με τον δικτάτορα Μουμπάρακ της Αιγύπτου, αποδεχόμενη να στέλνει μαζικά μηνύματα υπέρ της χούντας ενώ είχε κλείσει για 24 ώρες το δίκτυό της προσπαθώντας να μπλοκάρει την επικοινωνία των εξεγερμένων διαδηλωτών.

Πηγή:

22 April, 2017

French election: it's 'now or never' for Europe to escape the neoliberal nightmare

by system failure

Donald Trump couldn't hold his anxiety to support Marine Le Pen for tomorrow's presidential election in France and actually gave us a 'tip' of what the establishment could do to boost her ratings: “Donald Trump has claimed a terror attack that left a police officer dead in Paris will 'probably help' far-right candidate Marine Le Pen in France's upcoming election. While Mr Trump said he was not explicitly endorsing Ms Le Pen, he believes she will be helped by the attack that also saw two officers injured, because she's the candidate who is 'strongest on borders, and she's the strongest on what's been going on in France.'

Indeed, the recent terror attack in France came chronically 'conveniently' close to the presidential election. The result could be Le Pen's ratings to get a little boosting due to this event. IndeedA terror attack three days before France's presidential election left voters on edge, a mood that could boost far-right candidate Marine Le Pen, who wants to crack down on immigration. 'We would like to believe there will be no impact on Sunday's elections, but while in the voting booth, when the moment comes to cast the ballot in the box, I think it will have a subliminal psychological impact on some people,' said Alexis Madelenat, 42, a tech senior executive in Paris.” Well, it's not the first time it happens. As described previously:

... we had the November 2015 Paris attacks which was the main event that boosted Marine Le Pen's percentage on the French regional elections, and the San Bernardino shooting in California. Right after the Bernardino incident, Le Pen's National Front marked an unprecedented victory in the first round of the French regional elections. Sarkozy wasn't so effective as it was Cameron in the UK to attract voters with his rhetoric.

Seeing Le Pen's huge success in France, and on the occasion of Bernardino incident, Trump expanded his Far-Right rhetoric against Muslims. Especially inside GOPs, Trump leads the race of the increasing Right-wing conservatism in the US.

A huge race has started between all the politicians across the Right-wing spectrum in the West. In their effort to gain votes, everyone adopts the extreme far-Right rhetoric, slipping dangerously towards racism and fascism. But make no mistake, none of them will abandon the big-capital neoliberal agenda, even if they have to retreat from their "patriotic" stance after their possible election.

It seems that the unexpected rapid rise of the Leftist leader, Jean-Luc Mélenchon has terrified the neoliberal establishment in France and other European power centers. The elites don't want to risk a possible presence of Mélenchon in the second round. In case that they lose their favorite candidate, the liberal Thatcherite and former banker Emmanuel Macron, they certainly prefer the Far-Right Le Pen against the Leftist Mélenchon.

Le Pen may win due to the 'advantage' of anti-immigrant rhetoric against the Left, especially in times where terror attacks have become routine in France. Yet, it is highly doubtful that she will keep her promises to fight the current status, if we see what happened with Donald Trump in the United States only a few months after his election.

The mouthpieces of the establishment are using another argument to downgrade the Leftist option. They present Greece as a failure of the Leftist government to fulfill its promises to the Greek people. Alexis Tsipras is presented as a Leftist leader who surrendered completely to the European neoliberal establishment, adopting austerity measures. While this is not far from truth, most of the times the mouthpieces deliberately ignore the fact that this has happened under a clear blackmail of a sudden death for the Greek economy by the ECB.

However, France is not Greece and Mélenchon is certainly not Tsipras. The specific weight of France could turn the European ship away from the balance of terror between the nightmares of neoliberalism and the Far-Right. It depends on the French people. It's time to go and vote massively for the Left as the only hope towards a truly democratic and humanitarian Europe.

Related:

The establishment in panic will attempt to "bury" Jean-Luc Mélenchon as it did with Bernie Sanders

Γιατί οι γραφικοί νεοφιλελέδες έχουν κολλήσει με τη Βενεζουέλα ...

Το κοντέρ της γραφικότητας έχει χτυπήσει κόκκινο για τη Νέα Δημοκρατία, αυτή τη φορά με αφορμή τη Βενεζουέλα.


Το κόμμα της αξιωματικής αντιπολίτευσης έκανε πρόταση για συζήτηση στη βουλή με αφορμή τα γεγονότα στη Βενεζουέλα. Από που και ως που; Πότε έγινε ανάλογη συζήτηση στη βουλή για την εσωτερική κατάσταση ενός τρίτου κράτους; Και στο κάτω-κάτω γιατί να συζητήσει η Ελληνική βουλή για τα γεγονότα στη Βενεζουέλα και όχι για την κατάσταση στη γειτονική Τουρκία, για παράδειγμα, μετά το δημοψήφισμα Ερντογάν, πράγμα που μπορεί να έχει άλλωστε και επιπτώσεις για την Ελλάδα και για την ευρύτερη περιοχή;

Η γραφικότητα του νεοφιλελεύθερου κατεστημένου έχει ξεπεράσει κάθε ρεκόρ και κινείται στα όρια της γελοιότητας. Η Βενεζουέλα ξεστομίζεται κάθε φορά που κάποιος τολμάει να αμφισβητήσει αυτό το κατεστημένο που προβάλλεται ως το μοναδικό σύστημα κοινωνικής και οικονομικής οργάνωσης, βασισμένο στην κληρονομιά του δόγματος 'There Is No Alternative' της 'μαμάς' των απανταχού νεοφιλελέδων, Μάργκαρετ Θάτσερ.

Η γριά Μάγκι μπορεί να πέθανε, αλλά το δόγμα της το ακολουθούν ως ιερό ευαγγέλιο, παρά την οικονομική και κοινωνική καταστροφή που έσπειρε σε ουκ ολίγες χώρες, με κεντρικό εργαλείο, φυσικά, τη γνωστή πλέον συμμορία της χρηματοπιστωτικής ελίτ με τα αρχικά ΔΝΤ.

Καθώς ο μύθος λοιπόν αρχίζει να καταρρέει και το πολιτικό κατεστημένο που στηρίζει την νεοφιλελεύθερη ιδεολογία δέχεται απανωτά χτυπήματα παντού, ο πανικός του μεγαλώνει και επιχειρεί να βρει, ως συνήθως, αποδιοπομπαίους τράγους τύπου Μαδούρο για να δικαιολογήσει τα αδικαιολόγητα. Δηλαδή τη συστηματική καταστροφή της μεσαίας τάξης και του κοινωνικού κράτους, το ξεπούλημα δημόσιας περιουσίας, τα βάρβαρα μέτρα λιτότητας.

Η επιλεκτική μνήμη των νεοφιλελέδων προκαλεί γέλιο. Προσπαθώντας να βρουν 'διαβολικά' καθεστώτα προκειμένου να δαιμονοποιήσουν τον Σοσιαλισμό, επαναλαμβάνουν μονότονα τις λέξεις 'Βενεζουέλα' και 'Βόρεια Κορέα'.

Φυσικά, δεν θα σας πουν ποτέ ότι η Βενεζουέλα δεν έχει καμία σχέση με τη Βόρεια Κορέα.

Δεν θα σας πουν για τα λεφτά που ξοδεύουν οι ΗΠΑ, τροφοδοτώντας τη Δεξιά αντιπολίτευση και άλλες ομάδες στη Βενεζουέλα, προκειμένου να οργανώνουν επιχειρήσεις προβοκάτσιας για να επιφέρουν αστάθεια. Δεν μιλάν για τον οικονομικό πόλεμο που γίνεται από τη χειραγώγηση των τιμών πετρελαίου από τους Σαουδάραβες, τον στενό σύμμαχο των ΗΠΑ. Είναι άλλωστε γνωστές τέτοιες επεμβάσεις του Αμερικανικού ιμπεριαλισμού στη Λατινική Αμερική για δεκαετίες.

Δεν θα σας πουν για το συνταγματικό πραξικόπημα κατά της Ντίλμα Ρούσεφ στη Βραζιλία που αποκαλύπτει την αγωνία του Αμερικανικού κατεστημένου να επανακτήσει τον έλεγχο μέσα από καθεστώτα-μαριονέτες.

Και κυρίως, δεν θα σας πουν για επιτυχημένες Αριστερές κυβερνήσεις στη Λατινική Αμερική, όπως αυτή του Ραφαέλ Κορρέα στον Ισημερινό. Η κυβέρνηση Κορρέα κατάφερε να διαγράψει το δημόσιο χρέος που φόρτωσαν στη χώρα προηγούμενα στρατιωτικά καθεστώτα, ενώ ενίσχυσε το κοινωνικό κράτος καταπολεμώντας τη φτώχεια και τον παιδικό υποσιτισμό. Ο Κορρέα εξελέγη επανειλημμένα από το λαό. Καθώς έληξε πρόσφατα η θητεία του, ο λαός του Ισημερινού ψήφισε τον διάδοχό του Λενίν Μορένο, παρά τη γνωστή προπαγάνδα της Δεξιάς αντιπολίτευσης.

Παρόλα αυτά, η νεοφιλελεύθερη Δεξιά αγωνιά μη τυχόν και παρεκκλίνει η οποιαδήποτε κυβέρνηση από τις προσταγές του ιερού ευαγγελίου του νεοφιλελευθερισμού. Παρά τη γελοιότητα του αιτήματος της ΝΔ να γίνει συζήτηση στη βουλή για τη Βενεζουέλα, οι βουλευτές της ζητούν εμμέσως και επιτακτικώς από την κυβέρνηση να επιβεβαιώσει ότι δεν ταυτίζεται με το καθεστώς Μαδούρο! Και όλα αυτά, παρόλο που τα μέτρα που παίρνει υπό την Δαμόκλειο σπάθη των δανειστών είναι τα πιο ακραία νεοφιλελεύθερα!

Όσο το νεοφιλελεύθερο κατεστημένο σε Ελλάδα και Ευρώπη θα αισθάνεται να χάνει τη γη κάτω από τα πόδια του, τόσο θα κλιμακώνεται η προπαγάνδα του και τόσο πιο γραφικό θα γίνεται. Επόμενος κρίσιμος σταθμός: οι Γαλλικές εκλογές. Οι νεοφιλελέδες δεν φοβούνται τόσο τη Λεπέν, όσο τον ηγέτη της Αριστεράς Ζαν-Λυκ Μελανσόν που έρχεται από τον πάγκο για να διεκδικήσει την προεδρία. Καταλαβαίνετε τι έχουμε να ακούσουμε τώρα που τον βλέπουν να εκτοξεύεται στις δημοσκοπήσεις ..

France, élections présidentielles : Les défis pour la gauche dans la zone euro

La campagne électorale en France indique une fois de plus qu’une partie très importante de la population veut des solutions radicales et de gauche pour sortir de la crise. Le nombre massif de participants aux meetings de Jean Luc Mélenchon et de la France Insoumise en est la preuve, de même que les résultats des sondages sur les intentions de vote. On ne peut que s’en réjouir. Cette poussée en faveur des idées radicales à gauche de désobéissance aux traités européens est un bon signe. Les candidatures de Philippe Poutou et de Nathalie Arthaud, tous deux d’extrême gauche, rencontrent également une sympathie certaine. La sortie de Philippe Poutou contre François Fillon et Marine Le Pen, lors du débat télévisé du 4 avril 2017 a suscité beaucoup d’intérêt y compris au-delà des frontières de la France.

par Eric Toussaint , Jeanne Chevalier , Costas Lapavitsas , Stathis Kouvelakis , Christine Poupin , Zoe Konstantopoulou , Marina Albiol , Miguel Urbán Crespo , Alexis Cukier

Voici un texte co-signé par plus de 70 personnes actives dans de nombreux pays d’Europe (voir liste complète en bas de l’article). Ce texte collectif établit une analyse claire des rapports de force dans l’Union européenne et avance une série de propositions radicales mais nécessaires, pour quiconque prétend lutter contre l’austérité, en faveur d’une Europe des peuples et pour la transition écologique.

Ce qui fait l’importance de ce texte, outre son contenu, est qu’il est co-signé par des personnalités et des militant-e-s de plus de 15 pays européens, provenant de différents horizons : de Podemos et Izquierda Unida au Bloc de Gauche portugais, du Parti de Gauche au NPA en passant par Ensemble ! et des membres de la France Insoumise en France, de l’Unité populaire à Antarsya en passant par Zoe Konstantopoulou en Grèce, de la gauche radicale danoise à celle de Chypre en passant par celle de pays comme la Slovénie, la Bosnie-Herzégovine ou la Hongrie. Il est signé par des député-e-s européen-ne-s de différents partis et de différents pays, par le responsable des finances de la Ville de Madrid, par l’ex-présidente du parlement grec, par une série de membres de la commission pour la vérité sur la dette grecque…

Les 10 propositions avancées dans ce texte résultent de l’analyse de la situation en Europe depuis 2010, de l’affrontement entre Syriza et la Troïka – car ce fut bien un affrontement – au premier semestre 2015 et de l’application des politiques d’austérité par Syriza depuis lors, mais aussi des expériences espagnoles, irlandaises ou chypriotes. Les événements récents ont clairement démontré la nécessité pour un gouvernement de gauche d’avoir le courage de désobéir aux injonctions des autorités et des traités européens. Cela doit s’accompagner d’une mobilisation populaire encouragée par le gouvernement et d’une série de mesures fortes : organiser un audit de la dette avec participation citoyenne, mettre en place un contrôle des mouvements de capitaux, socialiser le secteur financier et le secteur de l’énergie, réformer radicalement la fiscalité… Et bien sûr, avoir l’inévitable débat sur la zone euro, dont la sortie est une option qui doit être défendue au moins dans certains pays.

L’analyse objective des politiques européennes des dernières années nous amène invariablement à cette conclusion : seules des mesures souveraines et unilatérales fortes d’autodéfense permettront aux autorités nationales et aux peuples qui les ont mandatées pour rompre avec l’austérité de mettre en œuvre cette rupture et de donner une première réponse au problème de la dette illégitime.

À partir de mai 2010, la dette est devenue un thème central en Grèce et dans le reste de la zone euro. Le premier programme de 110 milliards d’euros mis au point par la Troïka, qui s’est constituée pour son élaboration et son exécution, a brutalement provoqué l’augmentation de la dette publique grecque. Le même processus s’est produit en Irlande (2010), au Portugal (2011), à Chypre (2013) et en Espagne sous une forme particulière. Les programmes avaient cinq objectifs fondamentaux :

  • Permettre aux banques privées de recevoir un soutien public afin de ne pas payer la facture de l’éclatement de la bulle du crédit privé qu’elles avaient créée et éviter une nouvelle crise financière privée internationale de grande ampleur.
  • Donner aux nouveaux créanciers publics qui se sont substitués aux créanciers privés un pouvoir énorme de coercition sur les gouvernements et les institutions des pays périphériques afin d’imposer une politique faite d’austérité radicale, de dérèglementations (à l’encontre de toute une série de conquêtes sociales), de privatisations et de renforcement des pratiques autoritaires (voir le point 5).
  • Préserver le périmètre de la zone euro (cela signifie maintenir dans la zone euro la Grèce et les autres pays de la périphérie) qui constitue un outil puissant aux mains des grandes entreprises privées européennes et des économies qui dominent cette zone.
  • Faire de l’approfondissement des politiques néolibérales en Grèce en particulier, mais aussi dans les autres pays de la Périphérie, un exemple et un moyen de pression sur l’ensemble des populations européennes.
  • Renforcer à l’échelle européenne (tant sur le plan de l’UE que dans chaque État membre) les formes autoritaires de gouvernement sans recourir directement à de nouvelles expériences de type fasciste, nazi, franquiste, salazariste ou du régime des colonels grecs (1967-1974).

Il faut tirer des leçons de l’échec de la politique adoptée par le gouvernement d’Alexis Tsipras en 2015 pour rompre avec l’austérité. De même, il faut prendre conscience des limites de l’expérience du gouvernement socialiste minoritaire d’Antonio Costa au Portugal.

Une orientation alternative et favorable aux intérêts des peuples doit à la fois porter sur l’austérité, sur la dette publique, sur les banques privées, sur la zone euro, sur l’opposition aux politiques autoritaires. Le bilan de la période 2010-2016 dans la zone euro est clair : il est impossible de sortir de l’austérité sans apporter des réponses au moins à ces 5 problématiques. Bien sûr, il faut ajouter que l’alternative doit aussi aborder d’autres problèmes, parmi lesquels la crise climatique et écologique, la crise humanitaire liée au renforcement de l’Europe forteresse (qui condamne chaque année à une mort certaine dans la Méditerranée ou ailleurs des milliers de candidats à l’immigration ou/et à l’asile), la crise au Proche Orient. Il s’agit également de lutter contre l’extrême-droite et la montée du racisme. Après l’élection de Donald Trump, mais aussi après l’apparition du mouvement radical qui s’est retrouvé dans la campagne de Bernie Sanders et qui est appelé à se battre en toute première ligne contre Trump et ses projets, la gauche radicale, les mouvements syndicaux, sociaux, féministes et écologiques européens doivent jeter des ponts vers les forces qui résistent aux États-Unis.

Une grande partie de la gauche radicale ayant une représentation parlementaire avait et a encore une perception erronée de l’intégration européenne au travers de l’UE et de la zone euro. Pour le dire simplement, elle voyait dans l’UE et la zone euro plus d’avantages que d’inconvénients. Elle considérait que tant l’UE que la zone euro étaient compatibles avec le retour à des politiques sociales-démocrates, avec un peu moins d’injustice, avec un peu de relance keynésienne.

Il est fondamental sur la base de l’expérience de l’année 2015 de renforcer le camp des forces qui n’entretiennent pas d’illusions sur l’UE et la zone euro et qui mettent en avant une authentique perspective écosocialiste de rupture avec l’UE telle qu’elle est constituée. Il faut partir du constat que l’UE et la zone euro ne sont pas réformables.

En 2015, chacun a pu faire le constat qu’il est impossible de convaincre, sur la base de la légitimité qu’offre le suffrage démocratique et par la simple discussion, la Commission européenne, le FMI, la BCE et les gouvernements néolibéraux au pouvoir dans les autres pays européens de prendre des mesures qui respectent les droits des citoyens grecs ainsi que ceux des peuples en général. Le référendum du 5 juillet 2015 qu’ils ont combattu avec le chantage et la coercition (à savoir la fermeture des banques grecques 5 jours avant le référendum) ne les a pas convaincus de la nécessité de faire des concessions. Au contraire, bafouant les droits démocratiques fondamentaux, ils ont radicalisé leurs exigences.

Certes, en principe, toute une série de mesures devraient et pourraient être prises à l’échelle européenne pour relancer l’économie, réduire l’injustice sociale, rendre soutenable le remboursement de la dette et redonner de l’oxygène à la démocratie. Yanis Varoufakis, en tant que ministre grec des finances, a fait en février 2015 des propositions qui allaient dans ce sens. Il s’agissait d’échanger la dette grecque contre deux nouveaux types d’obligations : 1. des obligations indexées sur la croissance ; 2. des obligations dites ‘perpétuelles’, au sens où la Grèce rembourserait uniquement les intérêts mais à perpétuité |6|. Les propositions de Varoufakis, bien que modérées et parfaitement réalisables, n’avaient, en réalité, aucune chance d’être acceptées par les autorités européennes.

C’est le cas de toute une série de propositions visant à alléger radicalement le poids de la dette de la Grèce comme celle de nombreux autres pays européens (par la mutualisation des dettes, par l’émission d’eurobonds, etc.). Techniquement, elles pourraient être mises en œuvre mais il faut bien constater que dans le contexte politique et avec les rapports de force qui prévalent dans l’Union européenne, les pays avec un gouvernement progressiste ne peuvent pas espérer être entendus, respectés et encore moins soutenus par la Commission européenne, la BCE, le Mécanisme européen de stabilité. La BCE a les moyens d’asphyxier le système bancaire d’un État membre de la zone euro en coupant l’accès des banques aux liquidités. Comme mentionné, elle en a fait usage en Grèce en 2015. L’Union bancaire et le pouvoir arbitraire de la BCE renforcent les moyens de coercition dont disposent les institutions européennes pour faire échouer une expérience de gauche.

Les traités sont devenus hyper contraignants en matière de dette et de déficit. Dans l’absolu, les autorités européennes, dont le conseil des ministres, pourraient décider d’y déroger en tenant compte de la situation de crise (ils l’ont déjà fait en faveur de gouvernements qui étaient de leur bord |7|) mais il est clair qu’ils n’en ont nullement l’intention. Au contraire, tant ces institutions que le FMI et les gouvernements néolibéraux en place dans les autres pays ont combattu activement le gouvernement grec alors que celui-ci faisait preuve d’une très grande modération (c’est le moins qu’on puisse dire). La plupart des médias et de nombreux dirigeants politiques européens ont pourtant présenté Alexis Tsipras et Yanis Varoufakis comme des rebelles, voire des radicaux anti-européens. La Troïka a combattu l’expérience en cours en Grèce entre janvier et juillet 2015 afin de démontrer à tous les peuples d’Europe qu’il n’y a pas d’alternatives au modèle capitaliste néolibéral.

La capitulation du gouvernement d’Alexis Tsipras 1 ne leur a pas suffi, les dirigeants européens et le FMI ont exigé et ont obtenu du gouvernement Tsipras II d’approfondir les politiques néolibérales en s’attaquant encore un peu plus au système de sécurité sociale, au système des retraites en particulier, en accélérant les privatisations, en imposant de multiples changements sur le plan juridique et législatif qui constituent des reculs structurels fondamentaux en faveur du grand capital et contre les biens communs |8|. Toutes ces nouvelles mesures et contre-réformes renforcent l’injustice et la précarité. Si les créanciers finissent par accorder un nouveau réaménagement de la dette |9|, ce sera à la condition de poursuivre le même type de politiques. Dans ce cas, une réduction de dette ne constituera en rien une victoire ou même une consolation. Ce sera seulement une mesure visant à garantir la poursuite des remboursements et tenter d’éviter une reprise vigoureuse des luttes sociales.

Une première conclusion s’impose : sans prendre des mesures souveraines et unilatérales fortes d’autodéfense, les autorités nationales et les peuples qui les ont mandatées pour rompre avec l’austérité ne pourront pas mettre fin à la violation des droits humains perpétrée à la demande des créanciers et des grandes entreprises privées.

Certains pourraient rétorquer que si un gouvernement de gauche venait au pouvoir à Madrid, il pourrait utiliser le poids de l’économie espagnole (4e économie de la zone euro à l’aune du PIB) dans la négociation avec les principaux gouvernements de la zone euro et obtenir des concessions que Tsipras ne pouvait pas obtenir. Quelles concessions ? La possibilité de relancer l’économie et l’emploi par des dépenses publiques massives et donc avec un déficit public considérable ? Berlin, la BCE et au moins 5 ou 6 autres capitales de la zone euro s’y opposeront ! La possibilité de prendre des mesures très fortes à l’égard des banques ? La BCE appuyée par la Commission rejettera cette option.

Ce qui est également sûr, c’est que si des forces de gauche radicale accédaient au gouvernement dans des pays comme le Portugal, Chypre, l’Irlande, la Slovénie, les 3 républiques baltes, ils n’auraient pas les moyens de convaincre la commission et la direction de la BCE de les laisser mettre fin à l’austérité, arrêter les privatisations et développer les services publics, réduire radicalement la dette... Ces gouvernements devront résister et prendre des mesures unilatérales pour défendre leur population. Et si plusieurs gouvernements de gauche se mettaient en place simultanément dans plusieurs pays de la zone euro et exigeaient ensemble une renégociation ? Bien sûr ce serait une très bonne chose mais cette possibilité est également à exclure ne fût-ce que pour des raisons de calendrier électoral.

Est-ce qu’un gouvernement de gauche au pouvoir à Paris, en cas de victoire de Mélenchon à la présidentielle de mai 2017 et des forces de gauche radicale aux législatives qui suivront, pourrait forcer à une réforme de l’euro ? C’est l’hypothèse de l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon. On peut raisonnablement douter de cette possibilité. Admettons que JL Mélenchon accède à la présidence et constitue un gouvernement. Il voudra appliquer un ensemble de mesures de justice sociale et tenter d’obtenir une réforme de l’euro. Qu’est-ce qui serait possible ? Ce qui est tout à fait possible pour un gouvernement de gauche en France, c’est de désobéir aux traités et de faire respecter son choix mais il ne pourra pas obtenir une réforme profonde de la zone euro. Pour obtenir cela, il faudrait des victoires électorales simultanées tant dans les principaux pays que dans plusieurs pays de la périphérie. Ceci dit, il est clair qu’un gouvernement de la France insoumise et de ses alliés qui prendrait des mesures unilatérales en faveur de la population de la France et des peuples du monde (par exemple annuler de manière unilatérale les dettes de la Grèce et des pays dits en développement à l’égard de la France) pourrait jouer un rôle positif en Europe.

En faisant ces constats, il ne s’agit pas de chercher une issue nationaliste à la crise. Tout autant que par le passé, il est nécessaire d’adopter une stratégie internationaliste et de prôner une intégration européenne des peuples opposée à la poursuite de l’intégration actuelle qui est totalement dominée par les intérêts du grand capital.

Les maillons faibles de la chaîne de domination intra-européenne se trouvent dans les pays périphériques. Si Syriza avait adopté une stratégie correcte, un tournant positif aurait pu être pris en 2015. Cela n’a pas été le cas. Les autres maillons faibles de la chaîne où la gauche radicale peut accéder au gouvernement dans les années à venir sont notamment l’Espagne et le Portugal. Peut-être est-ce également possible dans les années qui viennent en Irlande, en Slovénie, à Chypre etc. Cela dépendra de plusieurs facteurs : la capacité de la gauche radicale de tirer les leçons de l’année 2015 et d’avancer des propositions anticapitalistes et démocratiques qui entraînent l’adhésion… Cela dépendra sans le moindre doute du degré de mobilisation populaire… S’il n’y a pas une pression de la rue, des quartiers, des lieux de travail pour des changements réels et pour refuser les compromis boiteux, l’avenir sera glauque.

Dix propositions afin de ne pas reproduire la capitulation que nous avons connue en Grèce

Pour éviter de reproduire la capitulation que nous avons connue en Grèce en 2015, voici dix propositions pour la mobilisation sociale et l’action d’un gouvernement réellement au service du peuple à mettre en œuvre immédiatement et simultanément.

  • La première proposition est la nécessité, pour un gouvernement de gauche, de désobéir, de manière très claire et annoncée au préalable, à la Commission européenne. Le parti qui prétend, ou la coalition de partis qui prétendent gouverner et, bien sûr, nous pensons à l’Espagne, devront refuser d’obéir, dès le début, aux exigences d’austérité, et s’engager à refuser l’équilibre budgétaire. Il faudra dire : « Nous ne respecterons pas l’obligation décrétée par les traités européens de respecter l’équilibre budgétaire parce que nous voulons augmenter les dépenses publiques pour lutter contre les mesures antisociales et d’austérité, et pour entreprendre la transition écologique ». Par conséquent, le premier point est de s’engager d’une manière claire et déterminée à désobéir. Après la capitulation grecque, il est essentiel d’abandonner l’illusion d’obtenir de la Commission européenne et des autres gouvernements européens qu’ils respectent la volonté populaire. Conserver cette illusion nous conduirait au désastre. Nous devons désobéir.

  • Deuxième point : S’engager à appeler à la mobilisation populaire. Tant au niveau de chaque pays qu’au niveau européen. Cela aussi a échoué en 2015 en Grèce et en Europe. Il est évident que les mouvements sociaux européens ne furent pas à la hauteur en termes de manifestations, qui certes eurent lieu, mais ne montrèrent pas un niveau suffisant de solidarité avec le peuple grec. Mais il est vrai aussi que l’orientation stratégique de Syriza ne prévoyait pas de faire appel à la mobilisation populaire au niveau européen, ni même de faire appel à la mobilisation populaire en Grèce. Et quand le gouvernement de Tsipras a appelé à la mobilisation par le référendum du 5 Juillet 2015, ce fut pour ensuite ne pas respecter la volonté populaire de 61,5 % des Grecs, qui avaient refusé d’obéir aux exigences des créanciers et avaient rejeté leurs propositions. Rappelons-nous qu’à partir de la fin février 2015 et jusque fin juin 2015, Yanis Varoufakis et Alexis Tsipras ont fait des déclarations qui visaient à convaincre l’opinion qu’un accord était en vue et que les choses s’arrangeaient. Imaginons au contraire qu’après chaque négociation importante, ils aient expliqué les enjeux, au travers de communiqués, par des déclarations orales aux médias, par des prises de parole sur les places publiques, devant le siège des institutions européennes à Bruxelles et ailleurs. Imaginons qu’ils aient fait la lumière sur ce qui se tramait, cela aurait abouti à des concentrations de milliers ou de dizaines de milliers de personnes, les réseaux sociaux auraient relayé à des centaines de milliers ou des millions de destinataires ce discours alternatif.

  • Troisième point : S’engager à organiser un audit de la dette avec la participation des citoyens. Les situations dans les 28 pays de l’Union européenne sont différentes, de même bien sûr à l’intérieur de la zone euro. Il y a des pays européens où la suspension des remboursements est une mesure de nécessité absolue et prioritaire, comme dans le cas de la Grèce dans le but de répondre avant tout aux besoins sociaux et de garantir les droits humains fondamentaux. C’est aussi un élément clé d’une stratégie d’autodéfense. En Espagne, au Portugal, à Chypre, en Irlande, cela dépend du rapport de force et de la conjoncture. Dans d’autres pays, il est possible de réaliser d’abord l’audit et ensuite décider de la suspension des remboursements. Ces mesures doivent être mises en œuvre en tenant compte de la situation spécifique de chaque pays.

  • Quatrième mesure. Mettre en place un contrôle des mouvements de capitaux. Et tenir compte de ce que cela signifie. C’est à dire aller à l’encontre de l’idée selon laquelle il serait interdit aux citoyens de transférer quelques centaines d’euros à l’étranger. Il est évident que les transactions financières internationales seront autorisées jusqu’à un certain montant. Par contre, il s’agit de mettre en place un contrôle strict sur les mouvements de capitaux au-dessus de ce montant.

  • Cinquième mesure : Socialiser le secteur financier et le secteur de l’énergie. Socialiser le secteur financier ne consiste pas seulement à développer un pôle bancaire public. Il s’agit de décréter un monopole public sur le secteur financier, à savoir les banques et les sociétés d’assurance. Il s’agit d’une socialisation du secteur financier sous contrôle citoyen. C’est-à-dire transformer le secteur financier en service public |10|. Dans le cadre de la transition écologique, bien sûr, la socialisation du secteur de l’énergie est également une mesure prioritaire. Il ne peut y avoir de transition écologique sans monopole public sur le secteur de l’énergie, tant au niveau de la production que de la distribution.

  • Proposition numéro six : Création d’une monnaie complémentaire, non convertible et l’inévitable débat sur l’euro. Que ce soit dans le cas d’une sortie de l’euro ou d’un maintien dans la zone euro, il est nécessaire de créer une monnaie complémentaire non convertible. Autrement dit, une monnaie qui sert, en circuit court, aux échanges à l’intérieur du pays. Par exemple, pour le paiement de l’augmentation des retraites, des augmentations de salaire aux fonctionnaires, pour le paiement des impôts, pour le paiement des services publics ... Utiliser une monnaie complémentaire permet de se détacher et de sortir partiellement de la dictature de l’euro et de la Banque centrale européenne. Bien sûr, on ne peut pas éviter le débat sur la zone euro. Dans plusieurs pays, la sortie de la zone euro est également une option qui doit être défendue par les partis, les syndicats, d’autres mouvements sociaux. Plusieurs pays de la zone euro ne pourront pas réellement rompre avec l’austérité et lancer une transition écosocialiste sans quitter la zone euro. Dans le cas d’une sortie de la zone euro, il faudrait soit mettre en œuvre une réforme monétaire redistributive |11| soit appliquer un impôt exceptionnel progressif au-dessus de 200 000 €. Cette proposition ne concerne que le patrimoine liquide, elle ne concerne donc pas le patrimoine immobilier (maisons, etc.) évoqué dans la septième mesure.

  • La septième mesure : une réforme radicale de la fiscalité. Supprimer la TVA sur les biens et les services de consommation de base, comme la nourriture, l’électricité, le gaz et l’eau (pour ces trois derniers, jusqu’à un certain niveau de consommation par individu) |12|, et d’autres biens de première nécessité. Par contre, une augmentation de la TVA sur les biens et les produits de luxe, etc. Nous avons aussi besoin d’une augmentation des impôts sur les bénéfices des entreprises privées et des revenus au-dessus d’un certain niveau. Autrement dit, un impôt progressif sur les revenus et sur le patrimoine. La maison d’habitation devrait être exonérée d’impôt en dessous d’un certain montant qui varie en fonction de la composition du foyer. La réforme de la fiscalité doit produire des effets immédiats : une baisse très sensible des impôts indirects et directs pour la majorité de la population et une augmentation très sensible pour les 10 % les plus riches et pour les grandes entreprises. Enfin, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale serait intensifiée.

  • Huitième mesure : Déprivatisations. « Racheter » les entreprises privatisées pour un euro symbolique. Ainsi, de ce point de vue, utiliser l’euro pourrait s’avérer très sympathique, en payant un euro symbolique à ceux qui ont profité des privatisations. Et renforcer et étendre les services publics sous contrôle citoyen.

  • Neuvième mesure : La mise en œuvre d’un vaste plan d’urgence pour la création d’emplois socialement utiles et pour la justice. Réduire le temps de travail avec maintien des salaires. Abroger les lois antisociales et adopter des lois pour remédier à la situation de la dette hypothécaire abusive, des dispositions qui concernent en priorité des pays comme l’Espagne, l’Irlande, la Grèce... Cela pourrait très bien se résoudre par la loi, en évitant des procès (car il y a de nombreux procès sur la dette hypothécaire où les ménages sont confrontés aux banques). Un Parlement peut décréter par une loi l’annulation des dettes hypothécaires inférieures à 150 000 euros par exemple et mettre ainsi un terme à des procédures judiciaires. Il s’agit aussi de mettre en œuvre un vaste programme de dépenses publiques afin de relancer l’emploi et l’activité socialement utile en favorisant les circuits courts.

  • Dixième mesure : Entamer un véritable processus constituant. Il ne s’agit pas de changements constitutionnels dans le cadre des institutions parlementaires actuelles. Il s’agirait de dissoudre le parlement et de convoquer l’élection au suffrage direct d’une Assemblée constituante. Et de rechercher à insérer ce processus dans d’autres processus constituants au niveau européen. Ce sont dix propositions de base à soumettre au débat. Mais une chose est certaine, les mesures à prendre doivent aller à la racine des problèmes et elles doivent être appliquées simultanément car il faut un programme cohérent. En l’absence de la mise en œuvre de mesures radicales annoncées depuis le début, il n’y aura pas de rupture avec les politiques d’austérité. Il est impossible de rompre avec les politiques d’austérité sans prendre des mesures radicales contre le grand capital. Ceux qui pensent que l’on peut éviter cela sont des « enfumeurs » qui ne pourront pas obtenir de réelles avancées concrètes. Au niveau européen, la nature de l’architecture européenne et l’ampleur de la crise du capitalisme font qu’il n’y a pas de réel espace pour des politiques productivistes néo-keynésiennes. L’écosocialisme ne doit pas être à la marge mais au cœur du débat, d’où doivent venir les propositions immédiates et concrètes. Il faut mener à bien la lutte contre l’austérité et se lancer sur le chemin de l’anticapitalisme. La transition écosocialiste est une nécessité absolue et immédiate.

Source, liens, références: