Skip to main content

Tsipras: «L'Europe est à la croisée des chemins»

A la veille d'une semaine de dernières négociations entre la Grèce et ses créanciers, le premier ministre grec Alexis Tsipras, défend l'action de son gouvernement dans une tribune au Monde

Le 25 janvier 2015, le peuple grec a pris une décision courageuse. Il a osé contester la voie à sens unique de l'austérité rigoureuse du Mémorandum afin de revendiquer un nouvel accord. Un nouvel accord qui permette à la Grèce de retrouver le chemin de la croissance dans l'euro avec un programme économique viable et sans renouveler les erreurs du passé.

Ces erreurs ont été payées cher par le peuple grec. En cinq ans, le chômage a grimpé à 28 % (60 % pour les jeunes) et le revenu moyen a diminué de 40 %, tandis que la Grèce, conformément aux statistiques d'Eurostat, est devenue l’Etat de l’Union européenne (UE) ayant l’indicateur d’inégalité sociale le plus élevé.

Pis encore, malgré les coups durs qui ont été portés au tissu social, ce programme n'a pas réussi à redonner à l'économie grecque sa compétitivité. La dette publique a flambé de 124 % à 180 % du PIB. L'économie grecque, malgré les grands sacrifices de son peuple, est toujours piégée dans un climat d'incertitude continue engendrée par les objectifs non réalisables de la doctrine de l'équilibre financier qui l’astreignent à rester dans un cercle vicieux d'austérité et de récession.

Mettre fin au cercle vicieux

Le principal but du nouveau gouvernement grec au cours des quatre derniers mois est de mettre fin à ce cercle vicieux et à cette incertitude. Un accord mutuellement bénéfique, qui fixera des objectifs réalistes par rapport aux excédents tout en réintroduisant l'agenda du développement et des investissements – une solution définitive pour l'affaire grecque – est actuellement plus mûr et plus nécessaire que jamais. Par ailleurs, un tel accord marquera la fin de la crise économique européenne qui a éclaté il y a sept ans, en mettant fin au cycle de l'incertitude pour la zone euro.

Aujourd'hui, l'Europe est en mesure de prendre des décisions qui déclencheront une forte reprise de l'économie grecque et européenne en mettant fin aux scénarios d’un Grexit. Ces scénarios empêchent la stabilisation à long terme de l'économie européenne et sont susceptibles d'ébranler à tout moment la confiance tant des citoyens que des investisseurs en notre monnaie commune.

Cependant, certains soutiennent que le côté grec ne fait rien pour aller dans cette direction parce qu’il se présente aux négociations avec intransigeance et sans propositions. Est-ce bien le cas ?

Etant donné le moment critique voire historique que nous vivons, non seulement pour l'avenir de la Grèce mais aussi pour celui de l'Europe, j'aimerais par le biais de cette communication rétablir la vérité et informer de manière responsable l'opinion publique européenne et mondiale sur les intentions et les positions réelles du nouveau gouvernement grec.

Après la décision de l’Eurogroupe du 20 février, notre gouvernement a soumis un grand paquet de propositions de réformes visant à un accord qui associe le respect du verdict du peuple grec et celui des règles qui régissant le fonctionnement de la zone euro.

En vertu de nos propositions, nous nous engageons notamment à réaliser des excédents primaires moins élevés pour 2015 et 2016 et plus élevés pour les années suivantes étant donné que nous attendons une augmentation correspondante des taux de croissance de l'économie grecque.

Un autre élément d’une importance toute aussi grande de nos propositions est l'engagement à accroître les recettes publiques par le biais de la redistribution des charges à partir des citoyens à revenus moyens et faibles vers ceux qui ont des revenus élevés et qui jusqu'à présent s'abstiennent de payer leur part pour affronter la crise, étant donné que dans mon pays ils étaient protégés très efficacement tant par l'élite politique que par la troïka qui « fermait les yeux ».

D’ailleurs, dès le premier jour, le nouveau gouvernement a montré ses intentions et sa résolution par l'introduction d'une mesure législative pour faire face à la fraude des transactions triangulaires en intensifiant les contrôles douaniers et fiscaux afin de limiter considérablement la contrebande et l'évasion fiscale. Parallèlement, pour la première fois après de nombreuses années, les dettes des propriétaires des médias leur ont été imputées par l'État grec.

Le changement de climat dans le pays est clair. Il est également prouvé par le fait que les tribunaux accélèrent le traitement des dossiers pour que les jugements soient rendus dans des délais plus brefs lors d’affaires liées à la grande évasion fiscale. En d'autres termes, les oligarques qui étaient habitués à être protégés par le système politique ont toutes les raisons de perdre leur sommeil.

Il n'y a pas seulement les orientations générales, il y a aussi les propositions spécifiques que nous avons soumises dans le cadre des discussions avec les institutions qui ont couvert une grande partie de la distance qui nous séparait il y a quelques mois.

Précisément, le côté grec a accepté de mettre en œuvre une série de réformes institutionnelles, telles que le renforcement de l'indépendance de l'Agence grecque de la statistique (ELSTAT), les interventions visant à accélérer l'administration de la justice, ainsi que les interventions dans les marchés de produits afin d’éliminer les distorsions et les privilèges.

De plus, bien que nous soyons diamétralement opposés au modèle des privatisations prôné par les institutions parce qu’il n’offre pas de perspective de développement et n’opère pas de transfert de ressources en faveur de l’économie réelle, mais en faveur de la dette – qui n’est de toute façon pas viable – nous avons accepté de poursuivre avec quelques petites modifications le programme des privatisations faisant ainsi preuve de notre intention d’aller vers un rapprochement.

Nous sommes également tombés d’accord pour réaliser une grande réforme de la TVA en simplifiant le système et en renforçant la dimension de redistribution de la taxe afin de réussir à augmenter tant le taux de recouvrement que les recettes.

Nous avons déposé des propositions concrètes pour des mesures qui conduiront à une augmentation supplémentaire des recettes (contribution exceptionnelle sur les bénéfices très élevés, taxe sur les paris électroniques, intensification des contrôles des grands déposants – fraudeurs, mesures pour le recouvrement des créances arrivées à échéance en faveur de l’Etat, taxe spéciale sur les produits de luxe, appel d’offres pour les concessions de radiotélévision – qui ont été oubliées, comme par hasard, par la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) pendant cinq ans, etc.).

Ces mesures visent à augmenter les recettes publiques tout en évitant par ailleurs de contribuer à la récession puisqu’elles ne diminuent pas davantage la demande effective et n’imposent pas de nouvelles charges aux faibles et moyens revenus.

Nous nous sommes mis d’accord pour mettre en œuvre une grande réforme du système de sécurité sociale avec l’unification des caisses d’assurance sociale, la suppression de dispositions autorisant à tort l’octroi de retraites anticipées, en augmentant de cette façon l’âge réel de la retraite.

Nous devons tenir compte du fait que les pertes des caisses d’assurance sociale, qui ont conduit au problème de leur viabilité à moyen terme sont principalement dues à des choix politiques dont la grande responsabilité incombe à la fois aux précédents gouvernements grecs et, surtout, à la troïka (la diminution des fonds de réserve des caisses de 25 milliards en raison du « Private sector involvement » en 2012 et surtout le taux de chômage très élevé, dû presque exclusivement au programme d’austérité extrême appliquée en Grèce depuis 2010).

Finalement, malgré notre engagement de rétablir immédiatement les normes européennes en matière de droit du travail, qui a été complètement détricoté durant les cinq dernières années sous prétexte de compétitivité, nous avons accepté de mettre en œuvre une réforme du marché du travail après consultation du Bureau international du travail, et validée par lui.

Rétablir les conventions collectives et ne plus toucher aux retraites

En tenant compte de tout ce qui précède, on peut à juste titre se demander pourquoi les représentants des institutions persistent à dire que la Grèce ne présente pas de propositions ?

Pourquoi continuer d’arrêter de fournir des liquidités monétaires à l’économie grecque alors que la Grèce a bien démontré qu’elle veut respecter ses obligations extérieures, avec le paiement depuis août 2014 de plus de 17 milliards d’euros en principal et intérêts (environ 10 % de son PIB), sans aucun financement extérieur ?

Finalement, quel est l’intérêt de ceux qui font fuiter dans la presse que nous ne sommes pas proches d’un accord, alors que celui-ci permettra de mettre un terme à l’incertitude politique et économique ressentie au niveau européen et mondial, qui se prolonge à cause de la question grecque ?

La réponse non officielle de la part de certains est que nous ne sommes pas près d’un accord parce que le côté grec maintient ses positions pour rétablir les conventions collectives et refuse de diminuer davantage les retraites.

Sur ces points, je dois fournir certaines explications : en ce qui concerne le premier, la position de la Grèce est que sa législation du travail doit correspondre aux normes européennes et ne peut pas violer de manière flagrante la législation européenne. Nous ne demandons rien de plus que ce qui est en vigueur dans tous les pays de la zone euro. Avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, nous avons fait une déclaration en ce sens.

En ce qui concerne le second point, celui des retraites, la position du gouvernement grec est tout à fait argumentée et logique. La diminution cumulée des retraites en Grèce pendant les années du Mémorandum est de 20 % à 48 % : actuellement 44,5 % des retraités reçoivent une retraite inférieure au seuil de pauvreté relative et selon les données de l’Eurostat, 23,1 % des retraités vivent dans des conditions de risque de pauvreté et d’exclusion sociale.

Cette situation qui résulte de la politique du Mémorandum ne peut être tolérable ni pour la Grèce ni pour aucun autre pays civilisé.

Il faut donc dire les choses comme elles sont : si nous ne sommes pas encore arrivés à un accord avec nos partenaires, ce n’est pas à cause de notre intransigeance ou de positions incompréhensibles. Cela serait plutôt à cause de l'obsession de certains représentants institutionnels qui insistent sur des solutions déraisonnables en se montrant indifférents à l’égard du résultat démocratique des récentes élections législatives en Grèce ainsi qu’à l’égard des positions d’institutions européennes et internationales qui se disent prêtes à faire preuve de flexibilité pour respecter le verdict des urnes.

Pourquoi cette obsession ? Une explication facile serait de dire qu’elle résulterait de l’intention de certains représentants institutionnels de couvrir l’échec de leur programme et d’obtenir en quelque sorte une confirmation de celui-ci. On ne peut pas d'ailleurs oublier que le FMI a publiquement reconnu il y a quelques années s’être trompé sur les effets dévastateurs des multiples coupes budgétaires imposées à la Grèce.

Je pense que cette approche ne suffit pas pour expliquer les choses. Je ne crois pas que l’avenir de l’Europe pourrait dépendre de cette obsession de quelques acteurs.

Les deux stratégies opposées de l’Europe

J’arrive à la conclusion que la question grecque ne concerne pas exclusivement la Grèce, mais se trouve au centre d’un conflit entre deux stratégies opposées sur l’avenir de l’intégration européenne.

La première vise l’approfondissement de l'intégration européenne dans un contexte d'égalité et de solidarité entre ses peuples et ses citoyens. Ceux qui soutiennent cette stratégie partent du fait qu’il est inadmissible de forcer le nouveau gouvernement grec d’appliquer les mêmes politiques que les cabinets sortants qui ont d’ailleurs totalement échoué. Sinon, nous serions obligés de supprimer les élections dans tous les pays qui sont soumis à un programme d’austérité. Nous serions aussi obligés d’accepter que les premiers ministres et les gouvernements seraient imposés par les institutions européennes et internationales et les citoyens seraient privés de leur droit de vote jusqu’à l’achèvement du programme. Ils sont conscients que cela serait l'équivalent de l’abolition de la démocratie en Europe et le début d’une rupture inadmissible au sein de l’UE. Enfin tout cela aboutirait à la naissance d'un monstre technocratique et à l’éloignement de l’Europe de ses valeurs fondatrices.

La deuxième stratégie conduit à la rupture et à la division de la zone euro et de ce fait de l’UE. Le premier pas dans cette direction serait la formation d’une zone euro à deux vitesses où le noyau central imposerait les règles dures d’austérité et d’ajustement. Ce noyau central imposerait aussi un super-ministre des finances pour la zone euro qui jouirait d’un pouvoir immense avec le droit de refuser des budgets nationaux même des Etats souverains qui ne seraient pas conformes aux doctrines du néolibéralisme extrême.

Pour tous les pays qui refuseraient de céder à ce nouveau pouvoir la solution serait très simple, la punition sévère : application obligatoire de l’austérité, et en plus, des restrictions aux mouvements des capitaux, des sanctions disciplinaires, des amendes et même la création d’une monnaie parallèle à l’euro.

C’est de cette façon que le nouveau pouvoir européen cherche à se construire. La Grèce en est la première victime. Elle est déjà présentée comme le mauvais exemple que les autres Etats et peuples européens désobéissants ne devraient pas suivre.

Mais le problème fondamental est que cette deuxième stratégie comporte des grands risques et ceux qui la soutiennent ne semblent pas en tenir compte. Cette deuxième stratégie risque d’être le début de la fin puisqu’elle transforme la zone euro d’union monétaire en simple zone de taux d’échange. Mais en plus, elle inaugure un processus d’incertitude économique et politique qui pourrait aussi transformer de fond en comble les équilibres dans l’ensemble du monde occidental.

Aujourd’hui, l’Europe se trouve à la croisée des chemins. Après des concessions importantes du gouvernement grec, la décision repose, non plus entre les mains des institutions qui, à l’exception de la Commission européenne, ne sont pas élues et qui ne rendent pas des comptes aux peuples, mais entre les mains des leaders de l’Europe.

Quelle stratégie pourrait l’emporter ? Celle d’une Europe de la solidarité, de l’égalité et de la démocratie ou bien celle de la rupture et finalement de la division ?

Si certains pensent ou veulent bien croire que la décision que nous attendons ne concernera que la Grèce, ils se trompent. Je les renvoie au chef-d’oeuvre d’Ernest Hemingway Pour qui sonne le glas?

Alexis Tsipras

Source:

Comments

Popular posts from this blog

Confirmed: Alex Jones' popularity rises after Infowars banning from social media

globinfo freexchange
We wouldn't expect to be confirmed so fast on this.
A few days ago in the article IT and social media supergiants have just made Alex Jones a hero in the eyes of the ultra-conservative audience, we wrote that Alex Jones' wet dream has just become reality thanks to the combined move by Facebook, Apple, YouTube and Spotify to ban Infowars. These private IT and social media companies couldn't give a better gift to him right now. At a time where Infowars was going through a saturated period according to the best scenario, the corporate giants actually saved it with that stupid(?) strategy.
Suddenly, a corporate branch of the liberal establishment gave real value to Alex Jones' awful performance, pretending to be the 'anti-establishment' hero - just like Donald Trump - and made him a real hero in the eyes of the ultra-conservative audience that has been brainwashed by his absurd conspiracy theories.
Only a couple of days later, Kyle Kulinski of the…

Corporate media begin typical operations to make progressives comply with the establishment

The operations will multiply and become more aggressive towards 2020
globinfo freexchange
Corporate media of the ultra-conservative side made already a ridiculous attempt to present Alexandria Ocasio-Cortez as totally unreliable. In the video, TYT hosts analyze very well the specific strategy followed by Conservative Review TV.
The strategy is quite simple: you create a fake video, you upload it on social media and after being watched by thousands you admit that it was created for satire purposes. Yet, the propaganda will be definitely effective because only a small portion will notice that this was satire. Most of the viewers (especially from the conservative audience that has been heavily brainwashed for decades to love corporate America and believe whatever comes from the Fox apparatus) will believe whatever transmitted from the ultra-conservative propaganda machine.
But the corporate media of the liberal side have a very big problem right now. It is almost impossible to start an open …

While you've been occupied with that Infowars-banning story, the establishment machine already started a covert censorship operation against leftist independent media

globinfo freexchange
Developments are coming like storm. Just when the prediction that Infowars banning will actually strengthen Alex Jones' popularity became true, it seems that our second 'prophecy' (and prediction by many progressives), also becomes true. According to this, Infowars banning will be used as a blueprint by the establishment machine to shutdown progressive independent media and voices, based on that 'fake news' narrative.
We wrote that a corporate branch of the liberal establishment gave real value to Alex Jones' awful performance, pretending to be the 'anti-establishment' hero - just like Donald Trump - and made him a real hero in the eyes of the ultra-conservative audience that has been brainwashed by his absurd conspiracy theories.
Max Blumenthal speaks with Aaron Mate and gives details about Alex Jones' dark role in the whole story:
Alex Jones has always served establishment priorities. First, by taking the 9/11 truth movement, whi…

‘I knew and approved the assassination of Maduro’ claims TV show host

globinfo freexchange
Peruvian journalist Jaime Bayly claimed in his TV show Bayly, that he was aware and had personally approved the attempted assassination of Venezuelan President Nicolas Maduro.
"My reliable sources have called me and told me 'on Saturday we will assassinate Maduro' and I told them 'do it'," he said in his show and added: "When they asked me if I would condemn their move I replied that if they want I can buy them another drone."
Referring to Maduro, the journalist called him to be on alert. "My friends," he said, "are very capable, they have already scared you and there are more to come".
In a press conference, Maduro wondered how it is possible a host of a show in the US stating openly that he was aware of the attempted assassination.
Info from:
https://info-war.gr/gnoriza-kai-enekrina-ti-dolofonia-madoyro-ischyrizetai-paroysiastis-sto-maiami/

Meanwhile, Venezuelan Attorney General, Tarek William Saab, announced Wedn…

How normal human behavior became a false mental disorder epidemic

globinfo freexchange
In the early nineties, an epidemic of mental disorder was sweeping America and Britain. It had been uncovered by a new system for identifying disorders. Psychiatry had been attacked for relying on the personal and fallible judgement of psychiatrists.
But instead, a new objective method based on checklists had been invented. These listed only the objective symptoms, and deliberately did not enquire into why the individuals felt an anxiety. In the late 80s, nationwide surveys had revealed an incredible picture: more than 50% of Americans suffered from mental disorders.
But at the very same, the drug companies had announced that they had created a new type of drug, called an SSRI, which they claimed, targeted the circuits inside the brain that were causing these malfunctions. The SSRIs were marketed under names like "Prozac". What they did was alter the amounts of serotonin that flowed across the circuit connections within the brain, and they readjusted the …

Why the rapidly escalating and most disgusting propaganda against Jeremy Corbyn is actually a good sign

failed evolution
In the UK front, the liberal establishment machine is escalating its propaganda campaign against Jeremy Corbyn through that 'anti-Semitic' smearing. In reality, his only 'crime', of course, is that he is too lefty for the totally-occupied-by-neoliberalism Britain.
After the collapse of that ridiculous Skripal case - that ended to an embarrassing fiasco for the Western clowns - the establishment machine in the UK gave up its campaign to smear Jeremy Corbyn as a Russian stooge.
The new 'brilliant strategy' of the establishment tools is simply to paint Jeremy Corbyn as 'anti-Semite'. Which is actually the permanent smearing by the mainstream media and the liberal political center - many have been bought by the Israeli lobby- against anyone who has the ‘audacity’ to condemn the Israeli crimes against Palestinians.
The logical leap in this case is literally ridiculous: if you condemn the Israeli crimes against Palestinians, immediately means tha…

The US empire was always conducting trade wars that even included deliberately created cartels

globinfo freexchange
Donald Trump is using his trade wars to support the part of the US capital that has heavily lost from free trade globalization, which is more powerful than ever in our days. This is also part of the Trump agenda to persuade Americans for his "patriotic devotion" based on his "America First" slogan.
The reality is that the US empire was always conducting trade wars that included not only tariffs on specific products, but even deliberately created cartels.
In the early 90s the Clinton administration uncritically adopted the neoliberal doctrine from Ronald Reagan and continued the big fraud against the majority of the Americans.
On the one hand, the Clinton administration was selling the big fairy tale of neoliberalism to the American public: free market capitalism would bring prosperity for all through that trickle-down fiasco. And it was translated, as always, in further cuts in public spending - more tax-cuts for the super-rich. On the other hand, …

Former banking industry insider confirms that banksters take free money from the Fed and lend it back at interest!

The 21st century fraud by the banking mafia that has become a norm after the 2007-08 financial crisis
globinfo freexchange
Nomi Prins worked as a managing director at Goldman-Sachs for 2 years and as a Senior Managing Director at Bear Stearns for 7 years, and was a senior strategist at Lehman Brothers and an analyst at the Chase Manhattan Bank.
From the description of her latest book Collusion: How Central Bankers Rigged the World, we read:
           Central banks and international institutions like the IMF have overstepped their traditional mandates by directing the flow of epic sums of fabricated money without any checks or balances. Meanwhile, the open door between private and central banking has ensured endless opportunities for market manipulation and asset bubbles--with government support.
Speaking to Chris Hedges, Prins reveals the greatest fraud of all times by the banking mafia. What the establishment mouthpieces would be painting as ‘crazy conspiracy theory’ up until a few years…

The establishment tools have recently eliminated a very promising progressive - here is how they did it

globinfo freexchange
In the following video, Kyle Kulinski describes how he schooled Fox tools on progressive policies. The debate was set up on the occasion of another 'interview' (4:18 - 5:22 in the video) in which Cori Bush appeared to be quite unprepared to deal with Fox’s aggressive style. Unfortunately, shortly after this ugly attack, Cori Bush, a very promising progressive, lost in primaries, and 'surprisingly', most of the establishment media (both liberal and conservative), indirectly welcomed the result with a kind of relief.


Many progressives reacted with a kind of embarrassment on Cori Bush's response, yet in reality she did nothing wrong. It was certain tactics by the Fox tool that made Bush appear unreliable, and in this case, these tactics were (unfortunately) successful.
Examine again the video.
First of all, the Fox tool literally invaded in the place and started aggressively asking questions to Cori Bush about that tax issue. The tactic is very common…

Retired US army colonel implies that a war with Iran could start with a Vietnam-type false flag operation

globinfo freexchange
After Tucker Carlson brought additional embarrassment to the pseudo-Left warmongering liberals with his anti-war positions, he tried to make Trump appear, more or less, as a kind of peace defender. He was joined by Douglas Macgregor, a retired US Army Colonel.
Both Carlson and Macgregor attempted to blame Trump's warmongering officials and the war lobby for the fact that another devastating war, this time with Iran, becomes more and more possible. The truth is slightly different because Trump has enormous responsibilities for this development too. He was from the start very hostile against Iran, he did everything in his power to kill the Iran nuclear deal and put the most bloodthirsty, anti-Iran neocons in key positions.
Yet, it would be worth to focus on a peculiar statement by Macgregor at the end of this short interview. As he said:
           You and I know that there are lot of people who would welcome conflict with Iran, that's obvious. I think the presi…